Elle constitue l’une des quatre écoles de l’enseignement militaire supérieur-Terre (EMS-T). À ce titre, elle bénéficie de la synergie de l’ensemble de ces écoles. Elle a pour mission principale de concevoir, organiser et conduire la formation de cursus des officiers de réserve selon quatre étapes : stage d’initiation aux techniques d’état-major (SITEM), stage de certification d’état-major (SCEM), cours supérieur des officiers de réserve spécialistes d’état- major (CSORSEM), brevet technique d’études militaires générales (BTEMG). Elle fait de même pour des stages d’adaptation, principalement au profit des officiers et sous-officiers de la chaîne OTIAD et des officiers adjoints réserve servant en unité ou en grand commandement.

L’ESORSEM met sur pied un exercice spécifiquement conçu pour l’engagement sur le territoire national. Elle prépare aussi la mise en scolarité des stagiaires français dans les académies canadiennes de Toronto et Kingston. Ces formations sont largement ouvertes à l’interarmées et à l’international.

Sa proximité avec les états-majors centraux et les organismes de décision lui permet d’exploiter aisément les informations et les retours d’expérience issus de l’ensemble du ministère des Armées et d’autres organismes de l’administration centrale. Elle est associée aux études concernant la réserve (gouvernance, formation, cursus).

Elle participe au rayonnement du CDEC via une lettre d’information, la lettre des ORSEM. Elle évolue en symbiose avec la Réunion des ORSEM qui anime le réseau ORSEM et qui permet de conserver un lien régulier et actif avec tous ses stagiaires et anciens stagiaires répartis dans la société civile.

Créé en 1947, la mission de l’EMSST consiste à former les chefs militaires de demain, tous sélectionnés sur concours pour tenir des emplois de haute responsabilité nécessitant des compétences scientifiques, techniques ou linguistiques. Au cœur de l’enseignement militaire supérieur, l’EMSST, en l’adaptant si nécessaire au moyen de partenariats, fait correspondre l’offre de formation civile avec les besoins de l’armée de Terre.

Le contact permanent de l’EMSST avec les écoles et les universités permet à des officiers déjà expérimentés sur le plan opérationnel, d’acquérir les connaissances spécifiques et nécessaires à leur seconde partie de carrière, en leur proposant un parcours professionnel attrayant et varié dans les états-majors ou en administration centrale.

Chaque année, l’EMSST accueille environ cent officiers stagiaires sélectionnés pour suivre une scolarité externalisée d’une à trois années, éventuellement à l’étranger, dans la filière sciences humaines et relations internationales ou la filière sciences de l’ingénieur.

Les officiers sélectionnés parmi les lauréats du concours de l’école de Guerre et du diplôme technique suivent une formation pour obtenir un diplôme allant de la licence (Bac +3) au mastère spécialisé (Bac +6), voire au MBA.

À ce titre, l’EMSST entretient un partenariat privilégié avec environ cinquante établissements de formation pour donner aux officiers stagiaires les formations les plus adaptées à leur futur emploi.

En plus des scolarités externalisées, l’EMSST forme également chaque année en ses murs plus de deux cents officiers :

  • en préparant les candidats au concours du diplôme technique ;
  • en mettant au niveau requis les lauréats avant d’entrer en scolarité ;
  • en dispensant la formation spécifique aux officiers de l’armée de Terre appelés à servir dans le domaine capacitaire (module opérations d’armement et information du commandement).

Pour cela, l’EMSST s’appuie sur près de deux cents intervenants et professeurs de l’enseignement supérieur civil, du monde de l’entreprise et du ministère des Armées.

 

L’école d’état-major est l’héritière du « cours supérieur de guerre et des officiers d’état-major » fondé par le duc de Choiseul en 1766 et commandé initialement par le lieutenant-général de Bourcet, qui développa la première méthode de raisonnement tactique.

Elle a pour mission de former les cadres officiers et sous-officiers servant dans les postes de commandement et en état-major.

Au cours des quatre principaux stages qu’elle organise, l’EEM transmet les compétences tactiques, interarmes et organiques, et renforce les savoir-faire et savoir-être nécessaires :

  • jeunes capitaines avant TCUE (qualification interarmes de niveau 1 / QIA - trois semaines). Pour ce stage, l’EEM assure le rôle d’ « opérateur de formation » au profit du CFT / COM E2CIA ;
  • capitaines post-TCUE (qualification interarmes de niveau 2 / QIA2 - douze semaines, pour attribution du diplôme d’état-major / DEM) ;
  • officiers de recrutement rang et semi-direct tardif (formation d’état major-officiers / FEM-O - cinq semaines) ; u sous-officiers de tous grades (formation aux techniques d’état-major sous-officiers / FTEM-SO - trois semaines) ; Elle maintient des contacts privilégiés avec les écoles homologues des pays alliés et amis (OTAN, Proche-Orient et Afrique en particulier).

 

L’école de guerre-Terre (EdG-T) s’inscrit dans la continuité historique de l’école supérieure de guerre (ESG), créée en 1876 puis du cours supérieur d’état-major (CSEM). Elle est le creuset essentiel des officiers brevetés de l’armée de Terre, un pôle de référence et d’excellence en matière de formation et de sélection du haut encadrement militaire.

  • L’EdG-T  dispense  un  enseignement  sanctionné  par  le  brevet  technique  d’études  militaires  supérieures. Comprenant une dimension « formation métier », « pensée militaire » et « ouverture d’esprit », elle se fonde sur une pédagogie innovante liant responsabilisation et confrontation pour former de futurs décideurs selon trois axes majeurs :
      - expertise des milieux d’engagement terrestre ;
      - conception et conduite des opérations au sol et près du sol ;
      - conception et construction de l’outil de combat terrestre (organique, capacitaire, préparation des FT).
  • Les études combinent enseignement général et enseignement opérationnel, permettant ainsi une meilleure compréhension des engagements actuels et futurs de l’armée de Terre, sur le territoire national, dans les régions identifiées par la revue stratégique, du niveau commandement de composante au niveau groupement tactique, sous commandement national ou en coalition.
  • Les  connaissances  sont  dispensées  aux  officiers  stagiaires  en  combinant  enseignement  présentiel  et enseignement en alternance.

La chaire de tactique générale du CDEC vise à développer les compétences de l’armée de Terre dans le domaine de la tactique générale, tout en valorisant une expertise incontestée en matière de réflexion sur les modalités d’engagement dans le milieu aéroterrestre.

Elle vise à :

  • enseigner au travers d’un cours de tactique générale, les fondamentaux de la réflexion et de la manœuvre au profit des écoles (EMS 1 et 2) voire en EM opérationnels (grammaire tactique commune) ;
  • partager et dispenser, à la demande, une expertise spécifique en direction des acteurs externes à l’armée de Terre, en interarmées, interministériel et au niveau international. Elle participe à la diffusion de la culture opérationnelle française, reconnue à l’étranger et pouvant être constitutive d’une approche conjointe (capacité intégratrice) dans l’art de planifier et conduire une opération.

La chaire de tactique générale s’appuie sur l’histoire militaire, l’analyse tactique, la prospective tactique et les cultures tactiques étrangères.

20190131 NP CDEC RTG 1 couv

En naviguant sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies, ce qui nous permet de vous proposer des contenus adaptés à vos centres d'intérêts.